Brutal – Terrible choix

Vous pensez que j’ai fait les choses bien ? J’ai des doutes, je pense que je me trompe depuis le début… C’est vrai, je crois que toute ma vie je me suis trompé à vrai dire, j’aurai dû y réfléchir à deux fois avant de me retrouver là où je suis. Je pense que j’ai dû faire une erreur quelque part, mais où ? Durant mon enfance, durant mon adolescence ? Quand j’ai commencé à fréquenter les mauvaises personnes, au désespoir de mes parents qui ont fini par me déshériter. Impossible pour moi d’éplucher ma vie entière pour savoir pourquoi je me trouve là. Fusil à la main devant un homme sans défense pour une poignée de dollars. Je crois bien que maintenant il est trop tard, de toute façon, si je le libère sans rien faire. Il appellera la police dans la minute après avoir fini de faire dans son pantalon. Je croupirai je ne sais combien de temps en prison juste pour avoir détenu de la drogue sur moi. Mes poches en étaient tellement pleines, je suis plus qu’une mule, je suis un cargo à moi seul. Si je le tue, alors je deviens un criminel, mais au moins je ne finirai pas tout de suite en prison, mais y risquerais tout de même. Dès l’instant où la police criminelle aura identifié mes empreintes sur les balles que j’aurai laissées dans le corps de mon rival et qu’il n’aura pas eu de mal à identifier car mon casier judiciaire étant bien déjà nourri par mes nombreuses infractions qui, dans une autre vie m’aurait rendu honteux. Une autre option s’offrait à moi, j’enlève la pleureuse devant moi, juste pour qu’il n’appelle jamais la police. j’aurai dû mettre un masque pour qu’il ne voit jamais mon visage, trop tard.

Enlever une personne est la chose la plus inconcevable que je puisse faire. Il fallait s’y préparer. ou aurait-il fallu que je l’attache. Dans ma cave, impossible, j’habite dans un appartement miteux dans la banlieue. Les voisins sont au courant de tout et je n’ai pas de cave. Dans ma tire alors ? Impossible, il cognerai contre le coffre à tout instant, éveillant les soupçons. À moins que je ne jette ma voiture dans le canal et basta ! Impossible, la voiture sera retrouvée avant même la fin de la semaine ou même avant par un bateau de pêcheurs revenant à quai. On verrai le toit de la voiture rouge au travers de l’eau au vue du peu de profondeur du canal en cette période sèche de l’année.

tremblant de tous les côtés dans un dilemme insoutenable. devais-je épargner ou éliminer sa cible qui se vider de son urine devant moi… c’était décidé j’opte pour l’enlever, conduire toute la nuit et jeter la caisse dans un autre canal, plus profond. Peut-être que le courant emportera la voiture au large et on ne retrouvera jamais ma victime mais je serai lavé de tout soupçon.

Trop tard le temps que je réfléchisse à mon plan, ma victime m’avait surpris et avait sorti de son long jean délavé, trop long pour lui, une arme à feu qu’il n’hésita pas à s’en servir. Le coups partit et se logea tout de suite dans ma poitrine. Une fleur rouge de sang apparut au travers de mon tee-shirt immaculé et je m’écroulai au sol. Je partie dans l’instant. remettant, dans mes dernières forces, ma vie en question. pourquoi en étais-je arrivé ici?

200eme article !

Bonjour, comme vous avez pu le voir au nom de l’article, je suis fier de dire qu’aujourd’hui, on fête notre 200eme article… wouah! j’ai du mal à y croire… Le chemin a été mouvementé pourtant. Faisons une petite rétrospective de ce qu’il s’est passé jusqu’à aujourd’hui:

Créé le 5 octobre 2017 j’ai commencé tout de suite par vous plonger au cœur du blog en vous faisant participer avec des défis d’histoire (je devais construire une histoire à partir d’une simple phrase que vous avez écrite). Je vous cache pas que je commençais difficilement… mais les retours étaient bons et je m’y étais pris au jeu. 7 histoires ont été écrites.

depuis tout ce qui suit et sur les 200 articles se sont:

  1. 111 Histoires différentes
  2. 6 Histoires longues (de plusieurs parties)
    1. LEV-2, la plus longue avec ces 20 parties
    2. Correspondance, la plus courte avec seulement 6 parties (j’avoue avoir abandonné l’histoire)
  3. 17 catégories on était créé
  4. 8 concepts différents on était créé
    1. le plus fou, aux Frontières des Rêves (réécrire mes rêves)
    2. Ma préférée était Page vierge et ces 22 histoires différentes, adaptées depuis en Essai Oublié.
  5. 6 catégories d’histoire sont toujours en cours
    1. Rimes (mais reste rare)
    2. Essai Oublié (record à battre: 22 histoires)
    3. Ecrimage (petite dernière)
    4. Brutal (se fait rare)
    5. Le monstre du marais ( Oui, je la continue même si après une trentaine de pages, je dois faire un choix et je ne sais pas me décider)
    6. Le trésor des géants de fer (Oui, celle-ci aussi, je la continue, même si elle est bien en pause en ce moment car j’ai peur de faire des erreurs)
  6. 1 prochain projet est en cours, je ne peux que dire qu’elle sera la plus impressionnante que je n’aurai jamais faite. j’espère en faire un bijou !

Tant d’histoires et je n’en reviens toujours pas, c’est incroyable! J’ai pourtant bien plusieurs fois abandonné l’écriture pour d’autres passions, je ne le cache pas mais depuis quelque temps je me suis implanté une petite routine, je tiens un carnet, un agenda de publication et je maintiens le rythme… c’est un besoin que je me suis mis en place pour rester régulier et proposer deux articles par semaine. Je pourrai en faire plus mais comme j’ai déjà effectué un tel rythme, je ne préfère pas car “l’imagination” finit par s’estomper et j’ai besoin de recharger.

Peu importe le nombre que vous soyez à lire, je continue, car même si ce n’est pas du grand art, je prends du plaisir de voir une feuille blanche se  noircir au fil des lignes et voir concevoir une histoire sous mes yeux.

Je garde cependant quelques regrets. comme Question, cette histoire qui ne devait être à la base qu’un simple article s’est finalement décrit en une longue suite, mais je n’aurai jamais dû continuer après la première partie, car le thème choisi n’était pas mon fort (je ne connais pas tout sur la justice) et j’ai pourtant décidé de continuer, voulant même en finir rapidement… je ne me souviens plus de la fin mais elle n’était vraiment pas terrible ( à mon gout) 🙂

J’ai un autre regret que j’ai évoqué plus haut, c’est Correspondance…  J’ai beaucoup aimé cette histoire mais après six parties je me suis absentée longuement… en revenant je n’étais plus dans le jus de l’histoire et j’ai arrêté lâchement… a voir si je ne pourrai pas faire revivre cette histoire.

J’ai aussi beaucoup de fierté, LEV-2, quelle pépite quand je l’ai pondue celle-ci. vous m’auriez vu, j’avais tout planifié, les vingt parties avant même que la cinquième soit finie. d’ailleurs j’ai retrouvé ce petit plan, certaines parties n’ont pas été écrites et restent toujours en suspens.

j’ai beaucoup aimé Le silence du printemps. Cette histoire avait été écrite après que j’avais vu une vidéo sur ce qu’il pouvait se passer si tous les oiseaux venaient à disparaître sur terre. De cette vidéo j’ai brodé une histoire dont j’en suis fier encore aujourd’hui.

Dernièrement, ce sont les histoires de Noël, qui m’ont beaucoup plus, j’ai réussi à écrire de tels petits bijoux selon moi, que je le mette dans mon top de mes meilleures histoires. Ce n’est pas en soi seulement l’histoire que j’ai aimé mais l’histoire que je vivais au moment où je l’écrivais. je ne peux décrire cela mais j’ai adoré avec le recul et pense aujourd’hui que chaque année, je ferai ces petites histoires de Noël.

Voilà, alors cette rétrospective est finie mais j’espère que vous irez jeter un coup d’œil sur ce que j’ai fait pour vous donner un avis ou nouvel avis.

On se retrouve pour une nouvelle rétrospective au 400eme article ?

Ecrimage #4 – Les lames de l’infini

Par tous les dieux ! Je vous prie de faire en sorte que le sort de la bataille à suivre soit bon ! Je me tiens devant vous, les Trois lames de l’infini. Meldir, Bénir et Vordur, les lames que les dieux ont déposées sur terre, il y a des lustres sur le sol fertile des campagnes de ma contrée d’origine. Tous les jours j’ai appris à les voir, à les apprécier et ce jusqu’à les idolâtrer. Les rituels pour parler aux dieux sont toujours les mêmes. Il suffit d’allumer un feu et de faire une prière spécifique. La fumée que le feu produira montra dans les cieux, droit comme les épées colossales et éveillera les dieux qui nous écouterons ou non en fonction de la prière demandée.

Demain, viens l’une des batailles les plus risquées de toute ma vie, je ne peux pas… Je ne dois pas en mourir, ni moi ni mon royaume. Je m’accorde un moment, seul avec les dieux, dans le seul espoir qu’ils m’écoutent. Je leur fais part de mes inquiétudes, de mes peurs et de mes envies. Je n’ai le droit à rien d’autre qu’un courant d’air léger qui passe dans mes cheveux. Je prie alors encore plus fort les dieux. Je lève les bras au ciel, je hurle mes envies, mes peurs et mes inquiétudes. Je n’ai toujours pas le droit à un seul signe. Pourtant étant sûr que je n’ai rien fait de mal, je me remets en question, je me demande si le rituel avait peut-être été mal fait, peut-être devrais-je effectuer un sacrifice. Non, je préfère attiser les flammes du feu et crier encore plus fort. Alors je me mets à provoquer les dieux, je hurle à en m’égosillant la voix, j’attise si fort le feu que les flemme me brûle les poils du bras et font grandement crépiter les branches de bois de chêne.. toujours rien de leur part. Je plonge alors la lame de mon épée dans ce feu qui devient rouge en quelques secondes avant de virer au jaune, puis au blanc en quelques minutes. Dans le manque de réponse, je décide de provoquer une bonne fois pour toutes, les dieux. Je plonge mon épée dans la lame de pierre qu’est Meldir, la lame du milieu, celle qui est prise pour tous par la principale.

Ma lame se plonge dans la pierre sans aucune résistance et traverse la pierre, traverse les trente centimètres sans encombre et fait effriter toute la pierre. Meldir se met à trembler, puis s’effondre après avoir retiré mon épée. À peine tomber, le ciel se met a changé, le tonnerre s’abat et je me retrouve noyée dans un torrent d’eau tombé de la haut. J’avais enfin réussi à attirer l’attention des dieux qui ne devaient pas être heureux de voir Meldir tomber si facilement. J’ose même provoquer encore plus les dieux en leur prouvant que j’étais plus fort qu’eux car j’avais réussi à détruire leurs armes d’un simple geste.

Ils m’accordent, par étonnement de ma part, ce à quoi je m’attendais, un combat digne pour demain. Le sort en sera très favorable pour moi et mon royaume, j’en deviendrai riche de terre et d’or. Ils avaient oublié de préciser comment je sortirai de la bataille, mort ou vivant, ils ne voulaient pas l’avouer.


Je précise que je tente toujours de retrouver la source du lieu ou j’ai trouvé l’image et j’y accorde toujours les crédits. Vous trouverez toujours les liens de la photo ou de l’image sous celle-ci. Bonne journée